Festival National des Arts et de la Culture

HISTORIQUE

La signature par le chef de l’Etat son excellence monsieur Paul BIYA le 8 Avril 1991 du décret N°91/193 institue le Festival National des Arts et de la Culture (FENAC). C’est une manifestation populaire biennale qui consacre l’excellence dans la créativité artistique et culturelle au Cameroun. Le FENAC fait suite au succès des manifestations du Festival des Arts et de la Culture (FESTAC) tenu à Douala en 1988 sous l’égide d’Henri Bandolo alors Ministre de l’information et de la Culture.

Comme objectifs, le FENAC se doit d’œuvrer pour :

-La promotion des Arts et des cultures du Cameroun ;

-La promotion du pluriculturalisme gage de tolérance et de paix ;

-La redynamisation de la coopération Culturelle Internationale en favorisant les échanges entre artistes Camerounais et étrangers ;

-La préservation de nos langues nationales tout comme le bilinguisme ;

-L’offre aux créateurs Camerounais d’une plateforme ouvrant l’accès au marché national et international des Arts et des spectacles.

Pour garder les acquis du FESTAC 88, la première Edition du FENAC se tient à Douala du 18 au 25 Mars 1994 sous l’impulsion du tout premier Ministre de la Culture Joseph-Marie BIPOUM WOUM. Au bilan 12 conférences et tables rondes, 36 spectacles, un salon du livre de jeunesse et une exposition plurisectorielle.

         N’Gaoundéré prend le relais du 07 au 14 décembre 1996 pour la  troisième édition du FENAC. Un thème central est retenu par le Ministre Esaïe  Charles Toko Mangan : «  Trésors de la  tradition », le FENAC 96 sert de cadre à un forum sur «  les industries culturelles et le financement de la culture’’. En plus des activités rituelles l’on gardera surtout la course inter provinciale de chevaux organisée  avec le concours du Pari Mutuel Urbain Camerounais et la participation de 02 délégations étrangères venues d’Afrique et d’Egypte.

Ebolawa accueille la quatrième édition du FENAC du 15 au 19 décembre 1998. On retrouve tous les genres de création artistique. Des nombreux hommes de cultures et de sciences tels les profs. Philippe Laburthe Tolra de la Sorbonne Paris, Pierre de Maret de l’Université de Bruxelles, rehaussent de leur présence les travaux du colloque intitulés « la culture Bantou face aux défis du 3ème millénaire ». Les réalités du genre Camerounais  se retrouvent dans les expositions, des concerts de musique, des visites guidées. On apprécie aussi la participation de la vedette congolaise Papa Wemba et l’institutionnalisation d’une cérémonie des épis récompensant les artistes qui se sont illustrés dans tous les genres artistiques.

Pour le Ministre d’Etat chargé de la Culture, son Excellence Monsieur Ferdinand Léopold OYONO, maître d’œuvre de l’évènement, le FENAC doit cristalliser la richesse et la variété de nos cultures perçues comme foyer d’innovations.

La cinquième édition du FENAC est singulièrement particulière. Elle se tient simultanément sur deux sites : limbe pour les activités artistiques et Buea pour le colloque qui a pour thème : « le dialogue des cultures : le modèle Camerounais ». C’était du 09 au 22 Décembre 2000.

Entre autres activités, nous retenons le vernissage du salon du livre, l’institution des choralités, animation par des jeux traditionnels, une course de pirogue sur l’Océan  Atlantique et des soirées des trésors culturels traditionnels, modernes pour magnifier l’unité nationale, la soirée de l’humour, de la fantaisie et de la mode et surtout la grande nuit des Epis qui fut un sommet au community Field avec, à la demande insistante  du public, un petit pays tout feu tout flamme.

Après deux éditions manquées, la septième apparaît comme un défi à relever par l’équipe de Madame Ama TUTU MUNA, Ministre de la culture à l’époque. Six ans après Bafoussam, le cap est mis sur Maroua qui accueille cette édition du FENAC du 19 au 23 Décembre 2008. L’événement fait arborer de belles parures à la ville qui s’illumine aux couleurs des quatre (04) aires culturelles camerounaises dont le thème à forte résonnance : « la culture : l’investissement pour l’avenir » sied bien à la circonstance. Ainsi se referme la carte d’identité du FENAC 2008 en programmant respectivement les éditions 2010, 2012 et 2014 qui n’ont pas pu se tenir pour des contraintes budgétaires et politiques.

Le FENAC aura connu, malgré les bonnes intentions du gouvernement camerounais quelques interruptions. En vue de consolider l’unité nationale si chère au Chef de l’Etat et en fédérant toutes les expressions artistiques et culturelles, le FENAC 2016 vient donc répondre à une préoccupation majeure qui est celle de la réappropriation de nos valeurs culturelles par le truchement de la renaissance artistique et culturelle de notre pays. L’ambition que se donne le  Ministre des Arts et de la Culture, le Professeur Narcisse MOUELLE KOMBI qui dans son discours lors de l’installation récente des responsables des Services Centraux du Ministère des Arts et de la Culture, a opportunément annoncé la tenue éminente et imminente de la huitième édition de ce prestigieux festival national, sous la supervision du Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Le défi étant de maintenir la régularité de cet événement qui accueille cette année pour la première fois, la Coupe d’Afrique des Nations Féminine de Football. Ainsi, le FENAC s’inscrit dans la vision et l’orientation stratégique du Gouvernement camerounais dans l’optique de développer et promouvoir le secteur artistique et culturel camerounais tant sur la plan national qu’international.

 

Close